Publié par Laisser un commentaire

Le referiez-vous?

Hier, en stage cross, vous avez claqué les 100 bornes que vous attendiez depuis si longtemps. Grande sensation, c’était génial. Mais aujourd’hui, depuis le même décollage, avec les mêmes conditions de vol, mais sans le berger du troupeau pour vous guider, livré à vous-même et vos aptitudes, le referiez-vous seul, ce 100 km? En fait, qu’avez-vous réellement produit hier, qu’avez-vous appris hier, êtes-vous vraiment devenu un meilleur pilote?

Lorsque vous avez décroché votre brevet de pilote, qui correspond au niveau bleu du passeport de vol libre de la FFVL, les offres de formation en école pour aller vers le brevet confirmé et les contenus du niveau marron se réduisent aux stages cross et aux stages SIV. Ces derniers sont parfaitement formatés, avec une progression identifiée, encadrés par des spécialistes à l’œil affûté. Qu’en est-il des premiers, ces fameux stages cross?

Déjà, pour un moniteur, les stages cross sont source d’engagement personnel. Il faut un certain niveau de pilotage qui n’est pas donné à tous, même pas à tous les professionnels. Puis ils pompent de l’énergie. Voire, ils représentent un défi cornélien, insurmontable à gérer. Car dans ces stages, les oiseaux vont quitter le nid, vont s’exposer à des conditions thermiques plus soutenues, à une durée de vol allongée, à la découverte des routes aériennes. Bref, c’est le saut dans l’inconnu de vos limites de pilote, dans l’incertitude absolue de notre activité, et un bon pro ne peut aimer cela. Ils conduisent à une exposition au danger accrue qu’un moniteur peut préférer ne pas avoir à porter, et c’est légitime. Il préférera alors gagner plus ou moins paisiblement sa vie en encadrant jusqu’au niveau bleu, et c’est déjà source de pas mal de stress.

Que faire alors? Faut-il renoncer aux stages cross, en particulier à cause de ces satanés risques qu’on accommode à toutes les sauces? Non, tout au contraire. Il faut avoir l’ambition de former des pilotes. De former à faire face à la réalité, d’éduquer pour comprendre, d’entraîner pour savoir faire, de pratiquer pour acquérir de l’expérience. D’apporter des contenus pédagogiques sans vendre de kilomètres sans signification. Voila une des grandes ambitions de Aquilae – Performance Paragliding Academy pour proposer aux pilotes autonomes de poursuivre leur progression.

Traitement…
Succès! Vous êtes bien enregistré.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.